Mémoire du passé, discernement du présent, utopie de l’avenir : tel est, pour le Pape François, le schéma dans lequel grandit la foi d’un jeune. C'est que le Pape François a indiqué aux participants à la plénière de la Commission pontificale pour l’Amérique latine, ce vendredi 28 février.

Dans le discours improvisé du Saint-Père, se référant au thème de l’urgence éducative au cœur des travaux de l’assemblée, il a souligné la nécessité d’identifier les présupposés anthropologiques de la transmission de la foi. Éduquer, en effet, n’est pas transmettre uniquement des contenus et des connaissances mais aussi des comportements et des valeurs.

C'est que le Pape a recommandé aux nouvelles générations. il faut enseigner en particulier à cultiver et à savoir « gérer » l’utopie – un jeune sans utopie est comme un vieux précoce, a-t-il mis en garde – en tenant compte du fait que celle-ci doit être accompagnée par la mémoire et par le discernement. D’où l’importance de favoriser la rencontre entre personnes âgées et jeunes, qui représente la clé pour transmettre la mémoire d’un peuple.

A cet égard le Saint-Père a parlé d’apostolat « corps à corps » », en indiquant l’exigence de bons pères spirituels et maîtres de discernement en mesure d’écouter et de guider les jeunes.

Enfin, le Pape a rapproché du trinôme « mémoire, discernement, utopie » la question de la culture du rebut, qui constitue un aspect important du contexte social dans lequel s'inscrit l'œuvre de transmission de la foi. Le Pape François s’est en particulier référé aux dimensions qu’a pris aujourd’hui le drame de l’avortement et il a reparlé de la question de l’ « euthanasie cachée » que l’on réserve de fait aux personnes âgées, comme du « matériel de rebut ». Le Pape a également rappelé le thème du travail, dont le manque a des conséquences dévastatrices, en particulier sur les jeunes, s’ajoutant aux dégâts provoqués par la diffusion de phénomènes comme la dépendance des drogues et du jeu.

En conclusion, le Pape a invoqué un engagement apostolique renouvelé. Il faut redonner l’espérance aux jeunes, a-t-il affirmé, pour éviter que l’utopie ne se transforme en désenchantement. « Les jeunes nous attendent, ne les décevons pas » avait-il également recommandé dans le discours préparé pour l’occasion et remis aux membres de la Commission.

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0