"La charité ne doit jamais regarder derrière elle, mais toujours devant, parce que le nombre de ces bienfaits passés est toujours très petit, et que les misères présentes et futures qu'elle soulager sont infinies"

Source : Frédéric Ozanam (1813 - 1853), lettre à Léonce Currier du 23 février 1835

Tag(s) : #Réflexion

Partager cet article

Repost 0