Thème spirituel à l’occasion de la réunion du 27/12/2014
(Conférence Saint Louis de Fontaineblea
u)

Noël, est le symbole par excellence de l’accueil du Petit, du Pauvre, du Fragile Telle est sans nul doute une des significations majeures de cet éblouissant et "insondable mystère de l’Incarnation du Christ fait homme, incarnation pleine de charité et de pitié à travers un bambin délaissé de tous sauf de ses saints parents"[1] dans la précarité d’une grange de Bethléem.

Noël est un message profond et fort pour tout homme et notamment pour nous vincentiens dont la devise contient le mot Partage, le mot Amour, et le mot Service.

Nous devons accueillir les personnes dont nous nous occupons alors même, cela peut paraître paradoxal au premier abord, que notre vocation est d’aller les visiter chez elles.

Mais il n’y a paradoxe que dans l’apparence, car on peut très bien visiter sans accueillir si nous arrivons chez la personne visitée, le cœur fermé, sûrs de notre supériorité, sans vouloir prendre le temps de nous asseoir auprès d’elle et de nouer un échange en respectant son humanité, c'est-à-dire en ne se contentant pas de l’entendre mais de l’écouter dans la réciprocité d’u ne parole respectueusement donnée et reçue.

Nous devons aussi être accueillants, nous mettre en situation d’accueil au quotidien de notre vie, que cela soit dans nos relations avec nos proches, nos amis, nos relations professionnelles, celles et ceux qui nous sollicitent parfois dans la rue. Ce n ‘est pas toujours simple, ne faisons pas d’angélisme, mais cela peut être au combien réciproquement constructif voire réparateur.

Il suffit parfois d’un regard lumineux, d’un sourire donné sans restriction, d’une parole de réconfort, d’une poignée de main. Cela ne suffit bien sûr pas pour restaurer des situations parfois très difficiles aux causes souvent multiples et profondément enracinées dans l’être humain mais c’est déjà un témoignage de Noël pour l’Autre car il lui signifie : tu existes pour moi, je te vois, nous échangeons un regard, tu n’es pas de la même couleur que ce mur contre lequel tu es adossé, nous sommes de la même humanité……

A cette occasion qu’il me soit permis de vous dire, chère consœurs et confrères, combien je regrette et vous demande pardon pour toutes les fois où je n’aurais pas été moi-même suffisamment accueillant avec vous (ou alors que croyant l’être vous l’auriez perçu différemment….)

Ainsi, en nous efforçant d’être une crèche pour nos frères tout au long de la nouvelle année qui s’ouvre, participerons-nous à donner un témoignage de ce qu’est (devrait être) Noël pour tout chrétien et à répondre à l’appel du Saint Père :

Appel à « faire tomber tous les murs qui divisent le monde » – nous le pouvons chacun au quotidien de notre vie et, plus encore, nous le devons, au regard de notre engagement de vincentien – « Là où il y a un mur les cœurs sont fermés. Il faut des ponts et non des murs » (Pape François à l’issue de l’Angélus du 9/11/2014)

JMBAYE

[1] Jeanne Marie DANG VU dans un courriel adressé au soussigné le 24/12/2014

Tag(s) : #Réflexion

Partager cet article

Repost 0