Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l'éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d'écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l'Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »
Jésus, exultant de joie sous l'action de l'Esprit Saint, dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.»

Lc 10,21-24

 

"Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez"

L'un des traits les plus attachants de la personnalité de Jésus, c'est qu'il savait s'étonner. Hier nous le voyions admirer la foi d'un centurion romain (Mt 8,4-11); aujourd'hui l'Évangile de Luc nous rapporte un de ses cris de joie, un de ses enthousiasmes. Et quel est le motif de cette exultation dans l'Esprit Saint? - la pédagogie du Père, qui sait comment révéler son plan d'amour aux tout-petits, à ceux qui ne peuvent s'appuyer sur aucune culture, qui ne peuvent se targuer d'aucune expérience particulière ni du monde ni des hommes.
Entrer dans le projet de Dieu, le découvrir au cœur de l'histoire, ce n'est pas le privilège "des sages et des savants", des spécialistes de la prospective; et parfois, même, la sagesse et la science peuvent fermer l'horizon de la foi. À l'inverse, il ne s'agit pas de disqualifier le savoir humain ni la passion de connaître qui nous habite: il faut seulement que toute prétention fasse silence, que le disciple soumette son intelligence à "l'obéissance de la foi" (Ga 3,2), qu'il accueille dans sa vie l'initiative de Dieu et les inventions de son amour. C'est cela avant tout "être tout-petit".

Vient ensuite une confidence de Jésus, qui éclaire ce qu'il vient de dire à propos de la révélation du Père : "Tout m'a été confié par mon Père, [..] personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler."
Ainsi le Père et le Fils sont tous deux à l'œuvre pour manifester le projet du salut des hommes. La révélation part du bon plaisir du Père, mieux: de son vouloir bienveillant: "Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté"; et cette même révélation passe par la volonté du Fils, qui est le seul à connaître le Père. Ce que Jésus exprimera équivalemment dans l'entretien après la Cène, lorsqu'il dira à son Père en parlant des hommes :

Ils étaient à toi, et tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.
Maintenant ils savent que tout ce que tu m'as donné vient de toi ;
car les paroles que tu m'as données, je les leur ai données." (Jn 17,8)

On comprend dès lors cette action de grâces de Jésus, au moment où les soixante-douze reviennent d'une première mission, tout joyeux: "Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom!" Les disciples ont pu constater que Dieu agit puissamment par le Nom de Jésus de Nazareth, et que vraiment Dieu a remis tout pouvoir à son Fils. De ces Galiléens, ni particulièrement savants ni forcément très expérimentés, Dieu a su toucher le cœur; il a fait d'eux des messagers du Règne advenu, et déjà leurs noms sont inscrits dans le ciel. C'est de tout cela que Jésus remercie le Père.

"Heureux, ajoute Jésus, les yeux qui voient ce que vous voyez". Ces paroles, que Luc situe dans le même contexte du retour de mission, Matthieu les cite au beau milieu du discours en paraboles, où elles prennent encore plus de valeur: "À ces gens-là, je parle en paraboles [pour les forcer à réfléchir], parce qu'ils voient sans voir, [..] mais vous, heureux sont vos yeux parce qu'ils voient, heureuses vos oreilles parce qu'elles entendent."
C'est la béatitude des yeux clairs, des cœurs perméables à la tendresse de Dieu, de tous ceux qui savent saisir la chance que Dieu leur offre. C'est la béatitude de tous ceux qui accueillent la révélation bouleversante du Père par le Fils, cette annonce qui dépasse les plus belles intuitions des prophètes. Béatitude qui remet en marche, ensemble, des filles de Dieu toutes aimées du Père, toutes sauvées par le sang de Jésus, toutes marquées du sceau de l'Esprit, et qui fait se lever chacune, là où elle est, forte de l'espérance des pauvres.

Père Jean

Tag(s) : #Spiritualité

Partager cet article

Repost 0