Les disciples de Jean Baptiste s'approchent de Jésus en disant : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l'Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. Et personne ne coud une pièce d'étoffe neuve sur un vieux vêtement ; car le morceau ajouté tire sur le vêtement et le déchire davantage. Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement les outres éclatent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le tout se conserve. »

Mt 9,14-21

 

Les outres neuves

Les promesses de Dieu à son peuple visent la prospérité et la paix.
Elles seront d'abord un cadeau de Dieu, mais aussi le fruit du labeur de l'homme. "Je rétablirai mon peuple Israël", dit Dieu, mais il ajoute : "ils rebâtiront, ils planteront, ils cultiveront".
L'homme va œuvrer, et ce sera l'œuvre de Dieu ; et Dieu bénira l'homme dans la ligne même de son effort : le planteur sera planté ;"ils planteront des vignes", "je les planterai sur leur terre".
Dieu veut pour nous un bonheur actif, un bonheur en marche, en exode.

Car la Parole de Dieu ne nous laissera pas en repos ; il n'y aura jamais de vacances pour l'Évangile.

C'est un vin nouveau, plein de promesses, mais qui travaille et qui fait pression sur les outres.

Certes, on pourrait se dire :"Mon outre n'est plus toute jeune ; je vais la ménager un peu, garder un fond de vin, bien assagi, pas trop méchant".
Mais voilà, nous n'avons pas le choix : le vin n'est pas à prendre ou à laisser. C'est celui-là qu'il faut prendre, c'est celui-là qu'il faut porter et emporter.
Le vin ne changera pas, c'est donc l'outre qu'il faut changer.
Dieu nous y aide par son Esprit, chaque jour.

Père Jean

Tag(s) : #Spiritualité

Partager cet article

Repost 0