Jésus et ses disciples reviennent à Jérusalem. Et comme Jésus allait et venait dans le Temple, les chefs des prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver. Ils lui demandaient : « Par quelle autorité fais-tu cela ? Ou bien qui t'a donné autorité pour le faire ? » Jésus leur dit : « Je vais vous poser une seule question. Répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais cela. Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes ? Répondez-moi. » Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : 'Du ciel', il va dire : 'Pourquoi donc n'avez-vous pas cru à sa parole ?' Mais allons-nous dire : 'Des hommes' ? » Ils redoutaient la foule, car tout le monde estimait que Jean était réellement un prophète. Ils répondent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Alors Jésus leur dit : « Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais cela. »

Mc 11,17-23

"Par quelle autorité fais-tu cela ?"

C'est vraiment une coalition contre Jésus, la coalition
- des autorités religieuses (les chefs des prêtres),
- des intellectuels (les scribes),
- des hommes en vue de la politique (les anciens).

Que reprochent-ils à Jésus ? de prêcher dans le temple sans permission, sans être un scribe spécialiste de la Loi, sans s'inscrire dans la tradition d'un groupe détenteur du savoir, sans se référer à aucune autorité.

À première vue Jésus semble ne pas répondre.
Mais en réalité, il donne sa réponse, et une réponse lumineuse, en nommant Celui que les scribes n'ont pas nommé, Celui qui seul détient l'autorité dans le temple en matière d'enseignement : Dieu, le Père qui l'a envoyé.

C'est cette autorité et ce mandat de Dieu qu'exprimait le rayonnement du Baptiste. À plus forte raison les scribes devraient-ils reconnaître Dieu à l'œuvre dans la parole et les actes de Jésus. Mais ils ne posent pas la question à ce niveau-là, et réclament la soumission à une autorité humaine en oubliant les droits de Dieu.

Il nous arrive, à nous aussi, dans la vie personnelle, mais aussi dans les relations communautaires, d'envisager les choses sous l'angle de la rivalité ou d'un rapport de forces, sous l'angle du prestige des individus ou des droits acquis par l'habitude. Ainsi nous oublions de nommer Dieu, qui sauve le monde "sans permission", et librement, et qui envoie au monde qui il veut à la suite de Jésus.

La réponse, Jésus nous la donne toujours en réintégrant dans notre vision du monde et de notre propre vie le Père, source de tout don, de toute vie et de toute mission.

Alors, au lieu d'intervenir comme les scribes, pour contraindre la vie et gêner l'enthousiasme, nous rendons grâces à Dieu pour tout ce qui se réalise par ses amis, même les plus humbles, pour tout le bien qui se fait avec sa permission.

Père Jean

 

Et pour aller plus loin avec le compedium de la doctrine sociale de l'Eglise

Tag(s) : #Spiritualité

Partager cet article

Repost 0