Nous sommes en 1223 le 24 décembre au soir. Dans le pays pauvre et souriant de l’Ombrie en Italie, se passe un spectacle étrange. Des petits villages qui entourent Greccio sortent des groupes d’hommes, de femmes, d’enfants portant des torches et des lanternes. Tous convergent vers une petite grotte à Greccio.

Au fur et à mesure que, de gauche et de droite, les groupes se rejoignent, la lumière se fait plus vive toute la nuit est illuminée. Mêlés à la foule, on reconnaît des frères mineurs, frères de saint François. ils sont habillés pauvrement et, il faut le dire, pas toujours propres mais si joyeux. lis se rendent tous à l’appel de leur frère François, François d’Assise.

En effet, quelque temps auparavant, François avait eu une idée originale, lui le poète, le troubadour de Dieu. Un grand désir s’état emparé de son cœur “je veux, avait-il dit à Jean Velita, un notable de Greccio, je veux représenter l’enfant qui naquit à Bethléem. Je veux le voir de mes yeux de chair et dormant sur le foin entre un bœuf et un âne “. L’idée était extraordinaire jamais on n’avait vu cela en pays de chrétienté : une crèche de Noël. Mais le doux regard de François voyait déjà ce qu’il avait rêvé. De son regard profond, il percevait l’importance de cette nouveauté. Alors que dans les villes naissantes, un commerce florissant enrichissait les marchands, ne fallait-il pas redécouvrir la pauvreté de Dieu ? Alors, que les chevaliers continuaient de guerroyer, même au nom de Jésus-Christ, ne fallait-il pas montrer la tendresse de Dieu ? Français le pensait et son compagnon Jean le comprit.

Les gens du village furent donc invités avec les frères des couvents voisins. Et tout ce monde arrivait maintenant à la grotte de Greccio. Avec toutes ces torches et ces lanternes, la nuit était lumineuse comme le jour. Mais ô merveille, “quelle lumière, quelle joie, quelle indicible joie sur le visage de François “- “Vous le voyez, disent les gens en se bousculant à l’entrée de la grotte, il est à genou devant ... une mangeoire. Mais ... c’est un vrai âne ... un vrai bœuf

- On dirait que François voit ‘Enfant couché dans la crèche de paille “.

Les frères alors se mirent à chanter les louanges de Dieu et les montagnes en renvoyaient  l‘écho comme si toute la création s’associait à la joie des hommes. Au moment de l’évangile, François se leva et d’une voix vibrante, douce, claire et sonore annonça à tous l’étonnante nouvelle, l’heureux événement ‘ Le Dieu de majesté aujourd’hui est devenu notre frère .

Ce soir-là, frère François, le poète, réinventa la tendresse de Dieu qui se laisse découvrir dans la pauvreté et la rencontre fraternelle des hommes de paix. C’est depuis ce moment que dans chaque église, dans les villes et les villages, dans chacune de nos maisons une crèche est installée pour cette fête de lumière.

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0