Jésus disait à la foule : " Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.
Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. »

Lc 6,36-38

 

"Il vous sera donné"

"Donnez et l'on vous donnera" ... C'est peut-être dangereux de traduire ainsi, dangereux parce que trop vite contredit par l'expérience commune, si du moins on lit le texte à l'horizontale, et sur la toile de fond de l'existence quotidienne. Combien d'hommes et de femmes, en effet, qui n'ont fait que donner tout au long de leur existence, meurent dans le dénuement et la solitude; combien de frères ou de sœurs, dans nos communautés, se dévouent dans l'ombre et se donnent en silence sans pouvoir se dire avec joie : "Quelqu'un pense à mon bonheur!"

Attendre un juste retour des choses, attendre de recevoir après avoir donné, n'est-ce pas la source de bien des illusions et de bien des tristesses? Jésus disait lui-même : "Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir", autrement dit : "c'est de donner qui rend heureux". Et le Sauveur ne se contredit pas dans le discours que nous lisons aujourd'hui. En effet il ne dit pas : "Donnez et d'autres vous donneront", mais bien: "Donnez et il vous sera donné". Par qui ? - par Dieu ; de même que vous serez pardonnés par Dieu et que vous ne serez ni jugés ni condamnés par lui.

Et ces promesses de Jésus sont pour nous tonifiantes et apaisantes: quelles que soient notre place, notre fonction, notre vocation dans l'Église, quel que soit le contenu de nos journées et de notre service, nous n'avons pas à guetter les moments de réciprocité ni les gestes qu'on aura pour nous en retour. Libérés du souci de recevoir, notre bonheur sera de donner davantage. Nous nous occupons de Dieu dans nos frères; Dieu prend soin et prendra soin de nous.
À nous la gratuité ; à lui la joie de nous faire des surprises. C'est lui qui se charge de toute réciprocité et qui paie toute dette, même celles des autres. C'est lui qui voit, dans le secret, le don de nous-mêmes que personne sur terre n'aura remarqué. C'est lui qui nous revaudra ce que personne sur terre n'aura songé à nous rendre. Lui seul sait la mesure avec laquelle nous donnons ou laissons prendre. Il prendra la même pour nous combler, mais seulement pour que nous la reconnaissions dans ses mains, car il mettra sa joie à la faire déborder.

Même quand Dieu récompense, il garde l'initiative de la bonté, car il est amour et ne peut être qu'à la source de l'amour. Sa mesure à lui est toujours débordante. Quand Dieu pardonne, son pardon déborde : il recrée un être neuf parce qu'il ne veut pas qu'on se souvienne de l'ancien.
Toutes ses pensées sont des pensées de paix, toutes ses œuvres sont des œuvres de vie ; et c'est parce qu'il aime passionnément la vie qu'il est sans cesse en acte de miséricorde.
Être miséricordieux comme Dieu est miséricordieux, c'est beaucoup plus que faire taire ses impatiences et retenir des réflexes de condamnation : c'est avant tout communier à son amour-source, à sa passion de faire vivre, à sa tendresse toujours neuve parce que toujours en jaillissement. Et c'est en regardant notre Dieu source, en le contemplant, lui l'origine de tout don, que nous apprenons les initiatives de l'amour.
Être à tout moment en initiative fraternelle, en invention de don et de pardon, c'est cela, sans doute, la miséricorde.

 

Père Jean

Tag(s) : #Spiritualité

Partager cet article

Repost 0